Hello,

Aujourd’hui, je vous présente un ami formidable est magique : le planning éditorial  ! Il est votre tête lorsque vous êtes sous l’eau, il est fiable et si vous avez bien bossé, vous pouvez lui faire confiance !

C’est qui ce fameux planning éditorial ? C’est votre calendrier de publication pour TOUS vos contenus ! Je vous recommande vivement de devenir rapidement ami avec lui car il devient vite indispensable. Vous pouvez ainsi mieux voir ce que vous devez faire, anticiper et ne pas être dans l’urgence, ce qui vous permettra d’être plus efficace.

Le planning éditorial se présente sous plusieurs formes, papier ou numérique, calendrier ou tableau. Peu importe, en réalité.  Il faut que sa forme vous permette en un coup d’oeil de savoir ce que vous devez faire et de voir votre évolution.

02. Pourquoi utiliser un planning éditorial quand on est créateur ?

Maintenant que les présentations sont faites, pourquoi devez-vous utiliser un planning éditorial pour votre entreprise, surtout si vous êtes créateur artisan ?

  • organisation : vous définissez sur une période donnée vos contenus (blog, réseaux sociaux, newsletter, publicités,etc) et ce que vous devez faire pour créer le contenu en question
  • bâtir une stratégie : en ayant une vision des contenus à venir, vous savez dans quelle direction vous allez et cela permet de mener les bonnes actions au bon moment en fonction de vos objectifs
  • gagner du temps : vous n’allez plus vous couper dans votre tâche car vous allez pouvoir programmer vos contenus et vous pourrez vous concentrer sur votre activité artisanale
  • créer une stratégie commerciale : Eh oui ! un planning éditorial permet d’anticiper les gros rush commerciaux (saint-valentin, les vacances, noël, etc) et donc d’appuyer toutes vos animations commerciales et à terme booster vos ventes

Pour résumer, un planning éditorial (à condition de le garder à jour et de s’y tenir) est un outil indispensable pour proposer un contenu de qualité à sa cible. Et ne pensez pas que c’est un outil réservé pour les entreprises qui ont beaucoup de contenus. Tout le monde peut l’utiliser. Et je recommande vivement de l’utiliser pour ne pas se laisser déborder dès lors que l’on souhaite professionnaliser un blog, un réseau social, une newsletter.

Un bon planning éditorial doit vous permettre d’avoir au minimum 2 semaines d’avance sur vos publications et idéalement 1 mois d’avance.

 

 > A lire aussi : Utiliser les réseaux sociaux quand on est créateur (+ mes astuces) <

02. Comment créer un planning éditorial ?

Je l’ai dit plus haut, il n’y pas de forme pré-définie. Vous devez retrouver les éléments suivants pour être organisé :

  • le sujet du contenu
  • le support du contenu
  • date de publication
  • l’état

Vous pouvez aussi mettre la personne en charge, la cible, les mots-clés, le titre, l’url finale.

Personnellement, j’utilise un Google Sheet (mais un tableau Excel fera très bien l’affaire) pour mon planning éditorial. J’ai décidé d’axer la communication de mon activité sur des thèmes que je traite dans mon blog et que je décline ensuite sur les réseaux sociaux. Je remplis donc la case « thème » et je sais que la semaine X je publierai sur mes réseaux sociaux des posts autour du sujet Y. Par exemple, cette semaine je publie un article sur le planning éditorial : toutes mes publications sur mes réseaux sociaux vont traiter de près ou de loin du planning éditorial. Je fais chaque mois un planning éditorial pour que ce soit plus digeste, sinon bonjour les migraines !

 

> Mon modèle de planning éditorial sous Google Sheet <

 

Une fois que je sais quel contenu je dois réaliser, j’utilise un tableau dédié sur Trello pour le suivi de création de contenu. Cela me permet de voir rapidement quelle tâche doit être faite pour publier ce contenu. Par exemple pour certains articles, je dois faire des recherches : je crée donc une tâche sur Trello correspondant à la recherche.

J’utilise la méthode Kanban, une méthode de gestion de projet. Cette technique est simple. Il y a trois colonnes : « to do », « doing » et « done ». Concrètement, chaque début de mois je liste donc toutes les tâches « to do », dès que j’en commence une je la glisse dans « doing » et dès que je l’ai finie je la glisse dans « done ». Evidemment, ça me booste quand la colonne « done » est plus longue que la colonne « to do ». De l’auto-motivation ! 💪

Ce qui est génial avec cette méthode, c’est qu’elle peut convenir à toutes les gestions de projet et qu’elle est d’une simplicité enfantine. 😍

Et à chaque fois que le mois est fini, j’archive toutes mes cartes de la colonne « done » et j’analyse ce qu’il me reste dans les autres colonnes. Parfois, ce sont des tâches que je dois absolument faire, elles deviennent mes top-priorités avant de commencer le nouveau mois, et parfois elles ne sont pas si indispensables que ça alors je les supprime tout simplement. Et je recommence pour le mois d’après. Rappel : je crée toujours le contenu pour le mois suivant ! Au mois de février, il faut donc créer le contenu de mars.

 

> Mon modéle de tableau trello <

 

Au début de sa stratégie de contenu, il est difficile d’avoir un mois d’avance. Je vous conseille de commencer par avoir 2 semaines puis petit à petit de passer à 3 semaines d’avance puis 1 mois. Ce n’est pas un exercice simple mais je pense que c’est une clé de la réussite car on maîtrise ses publications et son message.

Et vous, utilisez-vous un planning édtiorial ?  Comment gérez-vous vos projets ?

Rejoignez la Team E/A

Recevez chaque lundi un concentré d’astuces pour vendre en ligne.

Laisser un commentaire